Créé en 1972, héritier du bataillon Nord, le premier groupement d’incendie et de secours (1GIS) défend le nord-est de Paris et le département de la Seine-Saint- Denis (poste de commandement: Montmartre).

Secteur défendu et particularités 

Le 1er GIS est compétent sur un secteur qui couvre le tiers nord-est de Paris et la quasi-totalité du département de la Seine-Saint-Denis, accueillant une population de 2,2 millions d’habitants. Le secteur se caractérise par de grands ensembles d’habitations qui abritent souvent une population hétérogène vivant en situation de précarité. La Seine-Saint-Denis réunit plus de 40 cités, réputées dangereuses, et à l’habitat souvent délabré. On y trouve plusieurs zones de redynamisation urbain (ZRU) et zones urbaines sensibles (ZUS). 

On y trouve aussi quelques établissements emblématiques tels que le palais de l’Élysée, le ministère de l’Intérieur, le stade de France, l’Opéra Garnier, les magasins Printemps et Galeries Lafayette, la Cité de la Musique et la Cité des Sciences, différents hôpitaux majeurs ainsi que trois grandes gares parisiennes et les deux plateformes aéroportuaires de Roissy-Charles de Gaulle et Paris-Le Bourget. 

Nombre de sapeurs-pompiers : 1 808
Nombre de centres de secours : 24
Population : 2,2 millions d’habitants
Interventions : 179 701

Effectifs 

Pour défendre son secteur, le 1er GIS dispose de 9 compagnies réparties en 24 centres de secours employant quotidiennement 504 sapeurs-pompiers.
L’effectif global est de 1 808 personnels, dont 46 officiers, 292 sous-officiers et 1 470 militaires du rang. 

Rythme opérationnel 

Le 1er GIS est le groupement le plus sollicité de la Brigade avec 179 701 interventions. Le groupement traite 43 % des incendies du secteur Brigade. Le taux de sollicitation moyen par garde de 24 heures est de 3,8 interventions pour les engins- pompes et 7,8 pour les VSAV. 

Risques particuliers : 

Le 1er GIS défend dix établissements soumis à plan d’opérations interne (POI) au titre des installations classées. La gare de triage de Drancy, première gare de triage nationale, représente un risque technologique majeur en raison de l’importance du trafic de matières dangereuses dans une zone urbanisée. Elle fait l’objet d’un suivi particulier de la préfecture de la Seine-Saint-Denis et bénéficiera à terme d’un plan d’urgence interne mis en place par la SNCF. 

 

Les projets liés au grand Paris sont de nature à amplifier le risque économique du secteur (aménagement d’un espace ferroviaire sur la ZAC des Batignolles, chantier de la plaine Saint-Denis, réhabilitation d’îlots entiers, Lagny (30 000 m2 de bureaux), les Lilas (25 000 m2 de bureaux et 13 000 m2 de commerces) ou Bagnolet (6 600 m2 de bureaux et commerces).